PIA AFRICA
Rechercher
Ajouter
RDC : peine capitale pour 49 prévenus au procès pour l'assassinat des experts de l'ONU en 2017

RDC : peine capitale pour 49 prévenus au procès pour l'assassinat des experts de l'ONU en 2017

Plus d'actualités sur PIAAFRICA NEWS
  • dimanche 30 janvier 2022
  • 311

(Agence Ecofin) - Lancée le 5 juin 2017, la procédure judiciaire pour le meurtre des émissaires onusiens Michael Sharp et Zaida Catalán en RDC vient de s’achever. La peine capitale a été prononcée pour la plupart des prévenus, mais de nombreuses questions et plaintes subsistent dans cette affaire.


Le procès pour l’assassinat en RDC des deux experts de l’ONU Zaida Catalán et Michael Sharp s’est achevé hier samedi, 3 ans et demie après son ouverture. Le tribunal militaire de Kananga présidé le général Jean Paulin Ntshayokolo a condamné 49 des 54 prévenus à la peine de mort, sous l’œil de représentants américains, suédois et des nations unies.



Des 5 prévenus restants, 2 ont été acquittés, à savoir M. Tshipamba (policier) et Trudon Kamuzadi (journaliste). 2 autres ont été envoyés vers le tribunal pour enfants. Présumé ‘’cerveau’’ de l’affaire, le Colonel Jean de Dieu Mambweni a quant à lui écopé de 10 ans de prison pour faute professionnelle et non-assistance à personne en danger. La Cour a déclaré qu’il n’y a pas suffisamment de preuves pour l’impliquer dans l’organisation des meurtres.



Pour rappel, Zaida Catalán et Michael Sharp de nationalités suédoise et américaine, étaient mandatés en 2017 par l’ONU, pour enquêter au Kasaï-Central sur des exactions commises par les rebelles Kamwina Nsapu, menés par des chefs coutumiers locaux. Le 12 mars de cette année, ils sont enlevés non loin de la localité de Ngombe avec leur chauffeur congolais, et leurs corps décapités sont retrouvés le 27 mars dans une fosse fraichement creusée.


Le verdict qui vient de tomber est loin de satisfaire les parties plaignantes et le ministère public. Ce dernier relève des points d’ombre non encore élucidés, et déplore que les enquêtes n’aient pas mis en cause les véritables commanditaires des meurtres. Ann Linde, la ministre suédoise des Affaires étrangères, et Mike Hammer, ambassadeur des USA en RDC, ont appelé la justice congolaise à coopérer avec l’ONU pour poursuivre l’enquête.



La peine de mort est toujours en vigueur en République Démocratique du Congo, avec environ 20 condamnations prononcées en 2020 selon Amnesty International. Néanmoins, les dernières exécutions remontent à 2003, ce qui place le pays dans la catégorie des abolitionnistes dits de facto. Les peines prononcées à l’encontre des 49 miliciens Kamwina Nsapu seront donc commuées en prison à perpétuité.


Feriol Bewa


Retrouver cet article sur Agence Ecofin
Ile Maurice : un rêve pétrolier à quel prix ? [Business Africa] Article précédent
Ile Maurice : un rêve pétrolier à quel prix ? [Business Africa]
L'application MooMe de Lifeye optimise l'élevage bovin en Afrique Article suivant
L'application MooMe de Lifeye optimise l'élevage bovin en Afrique

Commentaire - 0

Se connecter pour laisser un commentaire