PIA AFRICA
Rechercher
Ajouter
Cameroun : le projet de Bus Rapid Transit de Douala sera financé à 80% par la Banque Mondiale

Cameroun : le projet de Bus Rapid Transit de Douala sera financé à 80% par la Banque Mondiale

Plus d'actualités sur PIAAFRICA NEWS
  • samedi 2 juillet 2022
  • 47

(Agence Ecofin) - A l’instar du Sénégal et du Nigeria, plusieurs pays africains cherchent à se doter de réseaux urbain de bus à haut niveau de service, pour optimiser la desserte de leurs principales villes. Dans les petits papiers du gouvernement camerounais depuis 2014, ce projet pourrait bientôt démarrer à Douala.


Le Conseil d’administration de la Banque mondiale a approuvé le 2 juin 2022 en faveur du Cameroun, un prêt de 260,8 milliards FCFA pour le projet de Bus Rapid Transit (BRT) de Douala. De cette enveloppe, 125,6 milliards FCFA seront pourvus par la BIRD, guichet non concessionnel de la Banque mondiale, tandis que le guichet concessionnel (IDA) décaissera 135,2 milliards FCFA.


Le financement couvre 77,8% du coût global du projet chiffré à 335,3 milliards de FCFA selon Investir au Cameroun. 62,1 milliards seront mobilisés grâce à des partenariats public-privé, et 12,4 milliards viendront du gouvernement (fonds de contrepartie). La construction du réseau BRT nécessitera 291,9 milliards FCFA, soit 87% de l’enveloppe totale.


Il s’agira notamment de construire 28 km de voies dédiées aux bus et entièrement séparées avec des échangeurs, 44 stations, 4 terminaux, des égouts, un système d’approvisionnement en eau, l’éclairage public, d’acheter des bus et de mettre en place un système de gestion du trafic. Le reste du financement sera consacré à l’aménagement urbain autour des stations BRT, au renforcement des capacités institutionnelles et professionnelles des opérateurs de transports publics existants, de même qu’à la gestion du projet.


Ce projet pour lequel la Banque mondiale a dû revoir à la hausse ses engagements initiaux est d’un grand intérêt pour la mobilité dans la ville de Douala. Ceci, dans la mesure où « le réseau de bus y est inefficace et représente moins de 1% des déplacements », selon les analystes de l’institution de Bretton Woods. Une réalité qui, à en croire la même source, contraint les populations à se rabattre sur « la marche, les taxis ou les modes de transport informels tels que les mototaxis, qui restent considérés comme peu sûrs et onéreux ».


Un projet attendu depuis 8 ans


L’approbation du financement de la Banque mondiale permet le démarrage effectif de ce projet au cours de cette année 2022, comme promis en début d’année par le maire de la ville de Douala, Roger Mbassa Ndine. En prélude au démarrage de ce projet, l’édile de la capitale économique du Cameroun a d’ailleurs récemment dépêché une mission à Dakar, à l’effet de s’inspirer du modèle sénégalais de BRT.


« Le Sénégal nous offre déjà la possibilité d’avoir une vue du réel, de ce que nous sommes en train d’imaginer. Nous avons été très impressionnés non seulement par le projet BRT, mais aussi par toute la philosophie que la ville de Dakar met en œuvre pour la mobilité urbaine », déclare le Dr Geremie Solle, 1er adjoint au maire de la ville de Douala, qui a conduit la délégation ayant séjourné à Dakar, du 14 au 15 juin 2022.


En définitive, grâce à l’accompagnement de la Banque mondiale, le Cameroun se prépare enfin à passer à la matérialisation du projet de BTR de Douala, annoncé depuis 8 ans. En effet, l’on se souvient que c’est depuis 2014 que le consortium brésilien constitué des entreprises Marcopolo, Queiroz-Galvao et Logit a fait au gouvernement camerounais l’offre de construction de réseaux de BRT, principalement à Douala et Yaoundé.


Mais, depuis lors, plus rien n’a filtré sur ce projet, en dépit des offres qui se sont multipliées en direction du gouvernement. De fait, en dehors du consortium brésilien cité plus haut, le développement du transport urbain de masse au Cameroun a intéressé la société égyptienne Manufacturing Commercial Vehicles (MCV), l’Italienne Industrial Vehicles Corporation (Iveco), et même la China Machinery Engineering Corp (CMEC), dont le président, Zhou Ya Min, avait révélé son intérêt pour le BRT au Cameroun. C’était lors d’un passage à Yaoundé en 2018.


Retrouver cet article sur Agence Ecofin
Prix du Meilleur Reportage sur la Migration : L’OIM a primé 9 journalistes sénégalais Article précédent
Prix du Meilleur Reportage sur la Migration : L’OIM a primé 9 journalistes sénégalais
Le Togo lance lui aussi le visa électronique Article suivant
Le Togo lance lui aussi le visa électronique

Commentaire - 0

Se connecter pour laisser un commentaire