PIA AFRICA
Rechercher
Ajouter
Banquise arctique : le minimum de fin d’été au plus haut depuis 2014

Banquise arctique : le minimum de fin d’été au plus haut depuis 2014

  • lundi 27 septembre 2021
  • 8

Selon le National Snow and Ice Data Center (NSIDC), le minimum annuel de banquise arctique a été atteint le 16 septembre dernier avec une étendue de 4,72 millions de km². Une valeur qui le place en 12e position des plus bas depuis le début des observations satellitaires et le plus élevé depuis 2014.


Si le minimum mesuré à la sortie de l’été 2021 est relativement peu marqué au regard des années récentes, et en particulier comparé au record bas de 2012, il reste néanmoins inférieur de 1,5 million de km² à la moyenne des années 1981-2010. Rien qui ne vienne donc remettre en cause la tendance au recul rapide de la banquise arctique.







« La tendance générale à la baisse de l’étendue minimale entre 1979 et 2021 est de 13 % par décennie par rapport à la moyenne 1981-2010. La perte de glace de mer est d’environ 80 600 km² par an, ce qui équivaut à perdre la taille de l’État de Caroline du Sud ou de l’Autriche chaque année » rappelle à ce titre le NSIDC dans son article dédié.


Le tableau présenté ci-dessous détaille le classement des quinze années avec les minimums annuels les plus bas. La valeur d’extension minimale ainsi que la date à laquelle celle-ci a été observée sont également indiquées. Notez que ce sont les quinze dernières années – de 2007 à 2021 – qui figurent dans ce tableau.


classement arctique
De gauche à droite : rang, année, valeur du minimum d’extension (en millions de km² ou en millions de mi²) et date. Crédits : National Snow and Ice Data Center.

Quand l’étendue de glace arctique joue le rôle de cache-misère 


Alors que des conditions météorologiques plutôt fraîches et nébuleuses ont limité la baisse de l’extension lors de la saison de fonte, il en va différemment du volume et surtout de l’épaisseur de la glace. En effet, cette dernière se situe au niveau des records bas, à l’image de la quantité de glace pluriannuelle. On désigne ainsi la banquise qui a survécu à une saison de fonte ou plus.


Surface occupée par de la glace pluriannuelle au début du mois d’août entre 1979 et 2021. Crédits : Robbie Mallett / NSIDC.

Contrairement à l’extension, dont la tendance à la baisse est ponctuée par une importante variabilité interannuelle, l’épaisseur et le volume des glaces révèlent plus fidèlement la tendance générale au déclin de la banquise. Et à ce niveau, le moins que l’on puisse dire est qu’on ne constate aucun répit évident. De plus, dans un contexte de réchauffement global, tout indique que les tendances observées au cours des dernières décennies continueront, et ce jusqu’à disparition quasi totale de la glace de mer de fin d’été vers le milieu du siècle.



Retrouver cet article sur Sciencepost
Côte d'Ivoire : le gouvernement veut relancer les activités de la plus vieille usine de textiles d'Afrique de l'Ouest Article précédent
Côte d'Ivoire : le gouvernement veut relancer les activités de la plus vieille usine de textiles d'Afrique de l'Ouest
Des empreintes incroyables repoussent l’arrivée de l’Homme aux Amériques Article suivant
Des empreintes incroyables repoussent l’arrivée de l’Homme aux Amériques

Commentaire - 0

Se connecter pour laisser un commentaire