Tunisie : le succès des formations dans le tourisme

Cours / Formations - Tunisie : le succès des formations dans le tourisme

Cours / Formations

Avec le retour des vacanciers sur les côtes et dans les sites historiques tunisiens, la jeune Agence de formation dans les métiers du tourisme n'a pas de mal à attirer les candidats tentés par une carrière dans l'hôtellerie et la restauration.

Le tourisme reprend des couleurs depuis quelques mois en Tunisie. Après le contre-coup causé par une série d’attentats en 2015, le secteur voit ses réservations repartir à la hausse : +221 % côté vacanciers français, selon la Fédération des entreprises du voyage. Pour l’année 2018, Nabil Baziouch chef de cabinet du ministre du Tourisme, espère ainsi séduire environ huit millions de touristes, grâce en partie au retour des agences de voyages et tour-opérateurs étrangers sur le marché local. Une relance bienvenue qui devrait faire du tourisme un secteur pourvoyeur d’emploi pour les années qui viennent.

Quatre écoles, trois centres et un institut

C’est dans ce contexte que la nouvelle Agence de formation dans les métiers du tourisme (AFMT) a été lancé en juin dernier sous la tutelle du ministère du Tourisme et de l’Artisanat. Aujourd’hui, l’AFMT, qui emploie 423 employés titulaires, coordonne pas moins de quatre écoles, trois centres et un institut : les écoles hôtelières d’Aïn Draham, Sousse El Kantaoui, Monastir et Tozeur, les centres de formation touristiques de Nabeul, Hammamet et Djerba, ainsi que l’Institut supérieur professionnel de tourisme Sousse El Kantaoui. Soit une capacité globale de plus de 3 000 places en formation.

Aujourd’hui, l’AFMT coordonne pasmoins de quatre écoles, trois centres et un institut.




                                                                                              Ces établissements publics ont pour mission de former des profils destinés à l’exercice des métiers de l’hôtellerie et du tourisme via l’alternance et l’apprentissage. « Ces modèles sont tout aussi pertinent pour des étudiants qui souhaitent poursuivre leur cursus en terminant sur une formation professionnalisante, que pour des salariés qui souhaitent gagner en compétences via une formation financée par leur entreprise », explique Imane Nora Azouzi, inspectrice pédagogique de l’enseignement général et des langues.

Langues, pratique et théorie

Côté pédagogie, outre la partie pratique et technique, l’enseignement aborde des aspects plus généraux comme la finance, la gestion des ressources humaines, la qualité du service, la sécurité au travail, la législation de ce dernier, ou encore du respect des règles d’hygiène et de la vente. « La formation hôtelière et touristique en Tunisie accorde aussi une place prépondérante à l’apprentissage des langues comme le français, l’anglais, l’allemand », ajoute Nora Azouzi.

De cuisinier à guide touristique

Je crois que les nouveaux programmes  de téléréalité sur le sujet incitent les jeunes à aller vers ces métiers.





                                                                                               Les établissements de l’AFMT préparent ainsi leurs étudiants aux métiers de cuisiniers, pâtissiers, serveurs, réceptionnistes, agents d’entretien ou guides touristiques. Il y a tout d’abord le certificat d’aptitude professionnelle (CAP) qui est destiné à des jeunes ayant accompli la neuvième année de base [équivalente à la dernière année du collège, Ndlr]. Il se fait en apprentissage et dure deux ans. Ce dernier permet soit de postuler ensuite pour une formation de technicien soit d’intégrer directement le marché du travail.

Partager